Marathon de printemps

Chers client.e.s, chers ami.e.s,

Nous revoilà ! A défaut de la gazette habituelle (vous aurez noté le manque de régularité de celle-ci, récemment…) voici un petit article pour vous donner les dernières nouvelles de la ferme. Il faut dire que nous sommes un peu en mode marathon en ce moment !

Depuis deux samedis maintenant nous avons repris les marchés, avec bien peu de légumes à notre goût. Il faut dire que l’hiver n’a pas été de notre côté, avec un temps plus que maussade (18 minutes d’ensoleillement cumulé comptabilisé sur Quimper en février !). La luminosité et la chaleur n’ont pas été au rendez-vous, ce qui explique chez nous l’échec de plusieurs cultures: navets étiolés, radis trop longs à venir et donc piquants, graines de carottes primeur littéralement pourries dès le semis. Nous avons néanmoins été ravis de vous retrouver au rendez-vous hebdomadaire devant la boulangerie ! Les légumes de printemps ne vont maintenant plus tarder à se multiplier sur l’étal … A venir, petits pois et pommes de terre nouvelles en plus grand nombre, bottes d’oignon blancs, betteraves…

Que dire de l’hiver que l’on a traversé, sinon qu’il a été… bien mouillé. Des trombes et des trombes de pluie nous ont fait prendre pas mal de retard dans la préparation de notre sol, et les coups de vent incessants nous ont retardé sur la fin de la construction des serres. Ce qui fait que nous sommes -depuis un mois que l’accalmie a commencé- dans une course pour rattraper ce temps perdu !

Sitôt la pluies terminée, il a fallu sortir le tracteur pour casser les mottes et affiner le sol, préparer les planches de compost pour le semis de carottes, planter les premiers légumes en plein champs.

Tournée de compost avec une passagère clandestine…
Les planches de compost pour le semis carottes
Plantation d’épinards
La pluie tambourinant sur les capuches ferait-elle perdre quelques neurones?
“I’m planting in the rain…just planting in the rain…”

Malgré cela, le sol reste en ce début de printemps bien grumeleux et la “croûte” formée est bien difficiles à casser. La plantation des épinards dans ce sol dur a été un pari, et on ne sait pas encore à ce jour si les jeunes plants ont suffisamment pris racine pour donner des feuilles. A savoir qu’une plante qui a été trop stressée à son implantation aura le “réflexe” de monter directement en fleur sans perdre de temps en production de feuilles. C’est la stratégie de la plante qui veut que si risque il y a pour sa survie, elle cherchera à se reproduire le plus vite possible avant de mourir. Cela n’arrange pas nos affaires, nous qui voulons de belles feuilles toutes vertes !

Le grand chantier de cet hiver 2023, à savoir la reconstruction des nouveaux tunnels, a pris plus de temps qu’escompté. Une fois la structure montée et la bâche posée (merci encore aux nombreux bras qui nous y ont aidés) il restait à reconstruire des réseaux d’irrigation, et à effectuer toutes sortes de finitions.

Au jour d’aujourd’hui, il nous manque encore une porte à bâcher. Après on pourra enfin dire OUF, c’est fait !

Et hop, l’arrivée d’eau pour les nouvelles serres

Ce qui occupe désormais la majorité de notre temps, c’est de planter comme des fous tout ce qui est arrivé en âge d’être planté: toutes les tomates, les aubergines, les concombres, les haricots, les petits pois… et en même temps de commencer à désherber toutes les planches, et de palisser ce qui grandit trop vite (haricots, fèves, pois). Bref, on ne s’ennuit pas à Kergwenn !

Pour terminer cet article, deux points notables: tout d’abord on a recommencé à accueillir des groupes d’enfants sur la ferme. Cette semaine, le centre de loisirs de Pluguffan et la semaine dernière celui de Plomelin. A cette occasion, les résident.e.s du foyer de Kan ar Mor (adultes en situation de handicap) se sont joint.e.s aux enfants pour la visite. Nous avons improvisé un petit chantier participatif pour pailler nos planches de tomates, et c’est ainsi qu’une chaine d’enfants et d’adultes s’est mise en place pour se passer les brassées de foin jusqu’au bout de la serre (sans esprit de compétition…mais en faisant la course quand même!). C’était un très chouette moment, malheureusement je n’ai pas de photos à vous présenter, droit de l’image oblige pour les petits 😉

Et deuxième chose qui nous met du baume au cœur: notre brave petite poule naine “Yarig” a de nouveau réussi une belle couvée: 6 poussins sont nés il y a quelques jours ! C’était un régal pour les enfants du centre de loisirs de pouvoir les découvrir…

il est où le piou piou? (pardon mais il est tard…)

Ar wech all, A très bientôt !

1 réflexion sur “Marathon de printemps”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut